COP 15 - Copenhague 2009 - Résultats


COP15, Copenhague, décembre 2009: les conclusions

En décembre 2009, à Copenhague, s'est tenue la 15e Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques, appelée COP15, au cours de laquelle des représentants de 193 pays ont discuté et décidé de l'avenir de notre planète.

Nous essayons de faire comprendre à ceux qui abordent ce sujet pour la première fois, quel est le problème.

De quoi parle-t-on?

Dans le lointain 1992 à Rio de Janeiro, le premier a eu lieu Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques dans lequel il était formellement reconnu que l'élévation des températures sur notre planète était causée par la pollution atmosphérique principalement due à l'augmentation des gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, protoxyde d'azote, hydrofluorocarbures, perfluorocarbures, hexafluorure de soufre) produits par les industries, provenant du chauffage, des voitures, etc. et tous les États du monde, en particulier les pays industrialisés, ont été formellement invités à réduire leurs émissions.

Depuis 1992, les différentes nations se réunissent périodiquement, dans le cadre de la soi-disant Conférence des Parties (COP), pour discuter des résultats obtenus et faire le point sur la situation.

Lors de la COP3 tenue à Kyoto en décembre 1997 au Japon, le célèbre a été adopté protocole de Kyoto qui établissait les actions juridiquement contraignantes que les pays développés devaient entreprendre, à savoir réduire leurs émissions d'au moins 5% (par rapport aux valeurs de 1990) d'ici 2012 (pour plus de précisions, lire l'article "Sceller l'accord et mettre les choses en mouvement - Allons-y conclure un accord et le mettre en action ").


Note 1

DansConférence de Bali, la feuille de route, tenue en décembre 2007 (COP13), les nations unies avaient décidé qu'à la réunion de Copenhague en 2009, un accord contraignant serait conclu par toutes les nations dans le prolongement du protocole de Kyoto, qui expirera en 2012.

Qu'est-ce qui devait être décidé lors de la COP15 des 7-18 décembre à Copenhague sur le changement climatique?

Objectif de la conférence devait définir un accord mondial juridiquement contraignant globale sur le changement climatique pour la période après 2012 afin d'éviter l'augmentation de la température moyenne mondiale de plus de 2 ° C au-dessus des niveaux préindustriels. Pour atteindre cet objectif, les pays industrialisés (tout d'abord les États-Unis qui n'ont pas ratifié le protocole de Kyoto et l'un des plus grands responsables avec la Chine des émissions de gaz à effet de serre), devrait réduire drastiquement les émissions de CO2 et fournir le soutien financier nécessaire aux pays en développement pour s'engager sur la voie de l'énergie propre, protéger les forêts tropicales et s'adapter aux impacts des le changement climatique qui, malheureusement, est désormais inévitable. Chaque accord doit être inscrit dans un traité juridiquement contraignant.

Qu'ont-ils décidé?

Ils ont décidé qu'ils devaient prendre une décision. En fait, c'était un accord inexistant, rien de contraignant ni politiquement ni juridiquement. Les décisions prises établissent seulement que le seuil de 2 ° C ne doit pas être dépassé lorsque la température maximale augmente, mais il n'y a aucune mention de la façon dont cela devrait se produire. Tout a été reporté à la prochaine conférence sur le climat qui se tiendra en novembre 2010 au Mexique tandis que la notification des mesures à prendre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre sur la période 2012-2020 a été reportée à février 2010.


Note 2

Seuls les fonds à allouer aux pays en développement pour développer les technologies à faible impact environnemental ont été définis comme un chiffre global. En pratique, les pays en développement devront recevoir 30 milliards de dollars entre 2010-2012 et jusqu'à 100 milliards de dollars d'ici 2020 (les chiffres restent cependant à répartir entre les différents pays).

Kumi Naidoo, le directeur exécutif de Greenpeace International, parle de "l'accord" conclu "ce n’est pas du tout juste, ambitieux et contraignant, de sorte que le travail des chefs d’État n’est pas encore terminé. Aujourd'hui, les dirigeants n'ont pas réussi à sauver la planète d'un changement climatique catastrophique: avec le texte actuel, le monde devra faire face à une augmentation des ° C qui sape l'existence même de notre civilisation ».

Pourquoi aucun accord n'a-t-il été conclu?

Prendre des décisions sur des questions qui affectent les intérêts de quelques groupes d'intérêt économique mondial n'est certainement pas quelque chose que les grands pays industrialisés peuvent faire avec un cœur léger.

Les pays les plus pauvres qui auraient souhaité faire respecter le principe des responsabilités communes mais différenciées? comme ce sont les pays industrialisés qui sont responsables de la situation actuelle et donc ceux qui doivent s'engager le plus à réduire les émissions, ils n'ont pas été beaucoup écoutés.

Apisai Ielemia, Premier ministre du petit État de Tuvalo qui ne compte que 9 900 habitants et qui risque de disparaître à cause du changement climatique, affirme que l'avenir de son petit État n'est pas à vendre. Le Venezuela, Cuba, le Costa Rica, la Bolivie, le Nicaragua sont sur la même longueur d'onde.

Peut-être Sarkozy, le président français, avait-il raison de dire: «Le texte de l'accord n'est pas parfait (...) Cependant, c'est le meilleur accord possible aujourd'hui. (...) S'il n'y avait pas eu d'accord, deux des pays importants comme la Chine et l'Inde, ils auraient été libérés de tout type de contrat, ainsi que les États-Unis, qui ne sont pas inclus dans le protocole de Kyoto ".

Le président de l'UE Reinfeldt a déclaré que les engagements collectés ne permettront pas de maintenir la hausse des températures en dessous de deux degrés et que des travaux doivent maintenant être faits pour garantir rapidement un accord juridiquement contraignant. Il a fallu deux ans pour préparer la réunion de Copenhague, deux ans d'intenses négociations pour n'avoir rien entre nos mains. Des millions de voix demandant à parler n'ont pas été entendues, mais le pire, c'est que la voix la plus importante, celle de la planète Terre appelant à l'aide, n'a pas été entendue.

Une poignée d'hommes ont décidé que 6,7 milliards de personnes n'auraient pas d'avenir. Une poignée d'hommes ont décidé que 6,7 milliards de personnes ne pourront plus avoir de logement. Si vous réfléchissez à des amis, ce n'est pas la chose la plus sérieuse: le pire, c'est que 6,7 milliards de personnes ont permis à 193 personnes de décider de leur avenir.

Connie Hedegaard, la présidente de la COP15, avait déclaré que si l'accord du siècle n'était pas conclu, ce serait le système démocratique planétaire qui échouerait. Mais je me demande de quelle démocratie parlez-vous, malheureusement peut-être celle de 193 hommes qui ont vendu l'avenir de 6,7 milliards de personnes pour une poignée de morceaux de papier.

Greenpeace mobilise des millions de personnes pour que nous devenions tous une seule chorale et une seule voix

Ceux qui nous représentaient dans cette grande salle de classe ne pensaient pas à nos intérêts et à ceux des générations futures. Faisons donc entendre nos voix à haute voix, ne les laissons pas nous empêcher d’avoir un avenir et souvenons-nous toujours d’une chose: "la volonté politique est une ressource renouvelable"(Al Gore, An Inconvenient Truth) et c'est nous, les gens du commun, qui avons le pouvoir de le renouveler et donc de décider.

Dr Maria Giovanna Davoli

1er janvier 2010

Sources bibliographiques en ligne
  • (en) GIEC, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat
  • (fr) Centre euro-méditerranéen pour le changement climatique
  • (en, es, fr et autres) Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques du 7 décembre au 18 décembre 2009
  • (fr) Département des affaires économiques et sociales Division de la population
  • (en, fr, es) Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques
  • (fr) Le soleil 24 heures
  • (fr) Greenpeace International
  • (it) ONU Italie
Noter
  1. Image non protégée par le droit d'auteur: avec la permission de la NASA
  2. Image non soumise au droit d'auteur: avec la permission des États-Unis Bibliothèque numérique nationale du Fish and Wildlife Service

Vidéo: COP-16. COP-17COP-18. COP-19. COP20. Conference of Parties-UNFCCC. UNFCCC SERIES. TARGET IES


Article Précédent

Nématode doré de la pomme de terre

Article Suivant

Qu'est-ce qui empêche un cornouiller de fleurir?